Dubious negotiations in New York: Did France and the UK come to blow it up?

IMG_3792

From 4 to 14 December 2017, the States Parties to the International Criminal Court (ICC) met in New York City to activate the Court’s jurisdiction over the crime of aggression. This marks a crucial step for international criminal justice. Since Nuremberg, no international criminal tribunal has been empowered to prosecute aggressive war-making. The activation was expected to be comparable to a mere turning on of lights, as the most controversial issues, such as the definition of the crime, were already settled at the 2010 Kampala Conference. Seven years later, however, this expectation turned out to be a naïve dream. It is regrettable that especially those states that sat in judgment in Nuremberg were the fiercest opponents to the activation of the Court’s jurisdiction over the crime of aggression. This article aims to reveal the dubious attempts by France and the UK to hamper the decision-making process at the 16th Assembly of States Parties (ASP) in New York.

Negotiating position in conflict with the genesis of the Kampala compromise

States Parties, including France, emphasized in their opening statements that they did not want to reopen negotiations. In the end, they failed to keep that promise. France and the UK brought back to the negotiating table what had been rejected in Kampala. Both states pushed for the adoption of a jurisdictional opt-in system for state referrals or proprio motu investigations. Hence, the ICC shall exercise jurisdiction over nationals of a State Party or on its territory only if that state opts in by accepting or ratifying the aggression amendments. Seven years ago, the final compromise between the opt-in supporters and defenders of the existing no-consent regime of Article 12(2)(a) ICC Statute was reached by establishing an opt-out system in Article 15bis(4). Accordingly, the ICC may exercise jurisdiction over a crime of aggression, arising from an act of aggression of a State Party, unless that state has made an opt-out declaration. Nothing in Article 15bis(4) suggests, however, that a prior ratification by the aggressor state is required. Such an interpretation rather conflicts with the described genesis of the Kampala compromise. Unfortunately, historical interpretation is a strong argument only as long as people can remember the genesis of a norm. The time lapse was a key advantage for strengthening the France/UK position. They could make a second attempt to push the compromise toward their preferred jurisdictional regime. This time, the opt-in regime finally found its way into the adopted resolution. Except for Security Council referrals, the ICC can prosecute crimes of aggression only where committed in conflicts between ratifying States Parties.

No intention to compromise until the very end

The opt-in regime was adopted because France and the UK had no intention to compromise while States Parties overall were committed to reach consensus. Consensus is the way to strengthen the Court, they said. In the end, consensus was the way to give the minority, France and the UK, a de facto veto right. Due to the constant resistance by France and the UK, supporters of the opt-out camp even offered a pragmatic proposal that undermined the rationale of the opt-out system. In Kampala, the idea behind forcing states to formally opt out was to raise the political barrier. In contrast, the pragmatic proposal would have established a softer opt-out regime with various ways to avoid prosecutions without losing face. To illustrate that point, the proposal exempted from declaring an opt-out those states that had previously expressed their position of non-acceptance in the Report on the Facilitation. Thus, there was no need for the firm defenders of the opt-in regime (France, UK, Canada, Colombia, Norway) to make any embarrassing statement in the future. Moreover, the proposal allowed simple statements of non-acceptance upon adoption or after one year of consideration without the moderating spirit (or peer pressure) of these international get-togethers. Despite these concessions, France and the UK struck out all pragmatic provisions from the draft resolution and replaced them with their opt-in regime on the very last day of the ASP. Criticizing other proposals for being one-sided is one thing. Bringing up a proposal based on one’s initial position after nine days of intensive negotiations is simply hypocritical. But France and the UK were probably aware of their stronger negotiating position. As long as others strived for consensual activation, they could come up with exaggerated claims.

Against the reaffirmation of judicial independence

Although both proposals, the pragmatic proposal as well as the pure France/UK one, eventually failed to reach consensus, France and the UK continued to play the game. When the Vice-President of the ASP made one last attempt and presented a draft resolution that was supposed to be acceptable for all sides, France and the UK were presumptuous enough to request “minor changes”. Why? Even though the draft was based on their preferred opt-in system, it contained a shocking operative paragraph: A paragraph that reaffirmed the judicial independence of the Court. Montesquieu would have been proud of his home country. To highlight the absurd discussions on removing this paragraph, even South Africa, a state that had previously reiterated its intention to leave the Court, spoke up for the judicial independence of the ICC. In the face of strong opposition from other states, France and the UK had to cave in on that point.  Yet given that this draft resolution was not open to negotiations, merely suggesting any modifications could have jeopardized the activation. Hence, one may wonder whether France and the UK were truly committed to activating the jurisdiction over the crime of aggression.  Throughout the ASP, they ignored what had been agreed on in Kampala, they were unwilling to compromise and pushed the limits of their de facto veto right. Fortunately, states still managed to achieve activation, but it came at a price. The ICC will be limited to prosecuting crimes of aggression committed in conflicts between the 35 ratifying states. None of them is known for its current interest in perpetrating acts of aggression towards other states.

 

Advertisements

“Mind the Gap”- ICC ASP Side Event on Progress in Drafting a Convention on the Prevention and Punishment of Crimes against Humanity

1

Participants attending the Side Event.

On December 11, 2017, the Harris Institute hosted a well-attended Side Event entitled “Progress in Drafting a Convention on the Prevention and Punishment of Crimes against Humanity” at the Sixteenth Session of the Assembly of States Parties of the International Criminal Court. The side event was co-sponsored by the Republic of Chile, the Federal Republic of Germany, the Hashemite Kingdom of Jordan, the Republic of Korea, and the Republic of Sierra Leone at UN Headquarters in New York.

Picture1

Side Event Panelists (left to right): Judge O-Gon Kwon, Professor Sean Murphy, Professor Leila Sadat, Professor Charles Jalloh, Professor Claus Kress, and Mr. Solomon Sacco.

The panel featured Special Rapporteur Sean Murphy, Professor Charles Jalloh, Professor Claus KressPresident-Elect of the ASP Judge O-Gon Kwon, Solomon Sacco from Amnesty  International, and Professor Leila Nadya Sadat. The side event provided a briefing by the Special Rapporteur on the preamble, draft articles and annex adopted by the UN International Law Commission (ILC) in 2017 on the proposed crimes against humanity (CAH) convention. Then expert panelists commented briefly on the Commission’s work from their perspectives, followed by interventions from the audience.

Professor Sean Murphy began by providing a summary of the Commission’s work since the project was launched in 2014. The draft articles adopted by the Commission on its first reading fall into five general areas: prevention of CAH (articles 2, 4, and 5); investigation and prevention of CAH (articles 3 and 6); rights of the alleged offender and rights of victims, witnesses, and others (articles 11 and 12); inter-state cooperation (articles 13, 14, and the annex on mutual legal assistance); and inter-state dispute settlement (article 15).

s

Professor Charles Jalloh

Professor Charles Jalloh, also a member of the ILC, noted the tremendous progress of the Commission on this significant project. He noted that the legal text has the potential to become a treaty which is significant for the international community. He discussed the pressing need to have a CAH convention to “mind the gap” in international criminal law. Genocide, CAH, and war crimes are all considered international core crimes; however, while we have a Genocide Convention and the 1949 Geneva Conventions covering war crimes, the world still lacks a convention on preventing and punishing CAH.

d

Professor Claus Kress

Professor Claus Kress suggested that the provisions in the draft convention could enhance the coherency of international criminal law. With this draft convention, Bosnia and Herzegovina v. Serbia and Montenegro could have been decided differently because the Court would have been able to analyze the situation in a more legally comprehensive manner. He also noted the possibility of the draft convention having a positive spill-over, an inspirational effect.

f

Left to right: Professor Sean Murphy, Judge O-Gon Kwon, and Professor Leila Sadat.

 

ASP President-Elect Judge O-Gon Kwon gave his full support to the ILC’s work, noting the need to enhance the complementarity regime of the International Criminal Court.

g

Mr. Solomon Sacco

 

Solomon Sacco of Amnesty International observed that the draft was a good start but found room for improvement, in particular as regards to the non-refoulement, mutual legal assistance, and rights of victims provisions. He specifically advocated for a clause prohibiting amnesties, the use of military tribunals, and reservations.

Continue reading

Le crime d’agression : un nuage de fumée dans l’univers du droit ?

Day 10_Cocan_Agression_IntLawGrrls_Picture

@Picasso

L’activation de la compétence de la Cour pénale internationale (CPI) à l’égard du crime d’agression a fait l’objet de négociations entre les États Parties depuis le début de la 16ème Assemblée des États Parties à la CPI, le 4 décembre 2014, jusqu’au dernier jour de cet événement annuel, durant lequel le crime d’agression a été activé. Au terme de ces deux longues semaines de négociation, c’est l’occasion de s’interroger sur la nature et les multiples enjeux attachés à cet acte illicite.

Le crime d’agression présente un caractère multiforme au regard de l’ordre juridique international. Il renvoie tant à la responsabilité internationale de l’État en droit international public qu’à la responsabilité pénale individuelle au regard du droit international pénal, tant à la compétence affirmée du Conseil de sécurité dans l’identification d’un acte d’agression au titre de la Charte des Nations Unies qu’à la compétence éventuelle de la CPI en vertu du Statut de Rome et des Amendements de la Conférence de Kampala.

L’agression au regard du droit international public et du droit international pénal

Au regard du droit international public, l’article 2 § 4 de la Charte des Nations Unies a pour ambition la mise de l’agression hors la loi en affirmant que les États « s’abstiennent, dans leurs relations internationales, de recourir à la menace ou à l’emploi de la force, soit contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de tout État, soit de toute autre manière incompatible avec les buts des Nations Unies ». Si l’agression est le crime de l’État par excellence, depuis 1945, les contours du conflit armé classique opposants les forces armées régulières de deux ou plusieurs États semblent s’estomper en une nébuleuse croissante de conflits qui impliquent des acteurs non-étatiques aux côtés des ceux interétatiques. Ainsi, l’agression serait d’abord un fait internationalement illicite de l’État susceptible d’engager sa responsabilité internationale (voir le projet de la Commission du droit international (CDI) sur la responsabilité internationale des États). Néanmoins, l’État, en tant que personne morale, ne peut agir qu’à travers l’intermédiaire de ses dirigeants et représentants, personnes physiques. Si la personne morale dispose d’une personnalité juridique et que l’État est régi par un principe de continuité allant au-delà des personnes qui l’incarnent, pour pouvoir envisager un fait comme étant celui de l’État, il est nécessaire de procéder au rattachement du fait d’un individu à l’entité abstraite étatique (pour les règles de l’attribution d’un fait internationalement illicite à l’État, voir Projet de la CDI, Chapitre II, art. 4 à 11).

Parallèlement, au regard du droit international pénal, tout individu engage sa responsabilité pénale individuelle en commettant des actes contraires au droit international et plus particulièrement s’il est responsable des crimes internationaux les plus graves. Dès l’adoption du Statut de Rome, l’article 5, d) identifiait le crime d’agression comme un crime relevant de la compétence de la CPI au même titre que le crime de génocide, les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre, ces quatre crimes étant identifiés comme les plus graves et touchant l’ensemble de la communauté internationale. Cette expression n’est pas sans rappeler l’obiter dictum célèbre de la Cour internationale de justice (CIJ) dans l’affaire Barcelona Traction dans laquelle la Cour avait affirmé qu’« une distinction essentielle doit en particulier être établie entre les obligations des États envers la communauté internationale dans son ensemble et celles qui naissent vis-à-vis d’un autre État dans le cadre de la protection diplomatique. Par leur nature même, les premières concernent tous les États. Vu l’importance des droits en cause, tous les États peuvent être considérés comme ayant un intérêt juridique à ce que ces droits soient protégés[, ces] obligations [étant] des obligations erga omnes » (§ 33, décision confirmée ici, ici et ici). À titre d’exemple, la Cour renvoyait précisément à l’interdiction des actes d’agression mais également au génocide ainsi qu’à d’autres principes et règles concernant les droits fondamentaux de la personne humaine tels que la protection contre la pratique de l’esclavage et la discrimination raciale (§ 34).

La résolution 3314 (XXIX) de l’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) relative à la définition de l’agression a été adoptée par consensus en 1974. Bien que n’ayant pas de portée juridiquement contraignante, elle est considérée comme relevant du droit international coutumier par la jurisprudence de la CIJ. Son article 1er définit l’agression comme «  l’emploi de la force armée par un État contre la souveraineté, l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique d’un autre État, ou de toute autre manière incompatible avec la Charte des Nations Unies, ainsi qu’il ressort de la présente définition ». À la Conférence de révision de Kampala de 2010, les États ont adopté des amendements au Statut de Rome visant à définir le crime d’agression. L’article 8 bis, 1) le définit ainsi comme « la planification, la préparation, le lancement ou l’exécution par une personne effectivement en mesure de contrôler ou de diriger l’action politique ou militaire d’un État, d’un acte d’agression qui, par sa nature, sa gravité et son ampleur, constitue une violation manifeste de la Charte des Nations Unies ». En ce qui concerne la définition de l’acte d’agression et des actes spécifiques constitutifs, qu’il y ait ou non déclaration de guerre, le point 2) du même article renvoie à la résolution 3314 (XXIX) de l’AGNU. Les points de contact et d’interaction entre le droit international pénal et le droit international public sont ainsi cristallisés, le deuxième permettant de compléter le premier.

L’article 25 du Statut de la CPI relatif à la responsabilité pénale individuelle précise en son point 3) bis que « s’agissant du crime d’agression, les dispositions du présent article ne s’appliquent qu’aux personnes effectivement en mesure de contrôler ou de diriger l’action politique ou militaire d’un État ». Ainsi, l’agression ne peut être que le fait des hauts dirigeants et responsables d’un État titulaires d’une responsabilité de commandement au titre d’une organisation hiérarchique de la structure étatique. Néanmoins, le point 4) du même article ajoute qu’ « aucune disposition du présent Statut relative à la responsabilité pénale des individus n’affecte la responsabilité des États en droit international ». Ainsi, l’établissement de la responsabilité individuelle s’affirme comme étant sans incidence sur une éventuelle responsabilité de l’État, celles-ci étant considérées comme distinctes, plutôt que complémentaires. Cette approche semble critiquable en ce qui concerne le crime d’agression, notamment au regard des principes de l’attribution des faits des personnes physiques à l’État codifiés dans le projet de la CDI sur la responsabilité internationale étatique. Si une personne est effectivement en mesure de contrôler ou de diriger l’action politique ou militaire d’un État, il semblerait qu’elle agisse à titre d’organe officiel de l’État, organe de jure ou de facto tel que défini par le droit interne (voir les articles 5 à 11 du Projet de la CDI précédemment cités). Dès lors, en cas d’établissement de la responsabilité pénale individuelle pour un crime d’agression commis par une personne physique répondant à de tels critères, il serait logique d’établir la responsabilité internationale de l’État dans la mesure où l’acte illicite de l’agression lui serait directement attribuable, ces deux types de responsabilité s’inscrivant dans un rapport de complémentarité.

Les conditions d’exercice de la compétence de la CPI à l’égard du crime d’agression

L’article 13 du Statut de Rome dispose que la CPI exerce sa compétence à l’égard d’un des crimes visés par l’article 5 si sa situation est déférée au Procureur par un État partie, conformément à l’article 14; par le Conseil de sécurité agissant au titre du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies ou encore si le Procureur a ouvert une enquête, proprio motu, en vertu de l’article 15.

Au regard de l’article 15 bis, la compétence de la Cour à l’égard du crime d’agression ne pouvait s’exercer qu’un an après l’acceptation des amendements de Kampala par au moins 30 États. La Palestine a été le 30ème État à ratifier ces amendements, rendant ainsi possible l’ouverture des négociations quant à l’activation de la compétence de la Cour à l’égard du crime d’agression lors de l’AÉP16. Le point 4) de l’article 15 bis précise que la Cour peut « exercer sa compétence à l’égard d’un crime  d’agression résultant d’un acte d’agression commis par un État Partie à moins que cet État Partie n’ait préalablement déclaré qu’il n’acceptait pas une telle compétence ». En ce qui concerne un État qui n’est pas Partie au Statut de Rome, la même disposition exclut la compétence de la Cour lorsque le crime a été commis par des ressortissants de cet État ou sur son territoire. Durant les négociations menées dans le cadre de l’AÉP16, le consensus quant à l’activation de la compétence de la Cour à l’égard du crime d’agression a toujours été l’objectif premier, les États ne souhaitant pas avoir recours au vote pour obtenir la majorité qualifiée de 2/3 exigée. À la tombée de la nuit du dernier jour de l’AÉP16, les États ont pu obtenir le consensus nécessaire pour activer le crime d’agression. À ce stade, il apparaît opportun d’apprécier le rôle joué par le Conseil de sécurité dans la constatation d’un acte d’agression au regard du Chapitre VII des Nations Unies et de s’interroger sur l’interaction avec la compétence de la Cour à l’égard du crime d’agression.

La part de l’interprétation dans la constatation d’un acte d’agression par le Conseil de sécurité

En vertu de l’article 24, § 1 de la Charte des Nations Unies, le Conseil de sécurité est investi de la responsabilité principale en matière de maintien de la paix et de la sécurité internationales. Au regard de l’article 39, il lui incombe de constater toute menace contre la paix, toute rupture contre la paix ainsi que la survenance de tout acte d’agression. Comme la définition de l’agression ne lie pas le Conseil qui juge de la qualification en fonction des circonstances de la situation et plus particulièrement en fonction de la gravité de l’acte ou de ses conséquences, conformément à l’article 4 de la résolution 3314, il dispose ainsi d’une entière liberté d’appréciation. Par ailleurs, l’article 39 stipule que le Conseil ne fait que « constater » une situation. Cette « constatation » implique inévitablement une opération de qualification juridique puisque le Conseil dispose d’un pouvoir d’appréciation discrétionnaire au titre du Chapitre VII. Dès lors, la constatation est constitutive puisqu’il n’y a de menace contre la paix, de rupture de la paix ou d’acte d’agression seulement lorsque le Conseil en décide ainsi en l’absence de définitions strictes et générales. Le texte de l’article 39 laisse entendre que la réalité préexistante est simplement à constater par le Conseil, alors que les notions visées font l’objet d’appréciations diverses quant à leur contenu ou à leur sens dans la mesure où ces notions dépendant du contexte et des éléments factuels. Cependant, l’article 24 § 2 fixe des limites générales au pouvoir discrétionnaire du Conseil de sécurité. Il stipule que « dans l’accomplissement de ses devoirs, le Conseil de Sécurité agit conformément aux buts et principes des Nations Unies », à savoir conformément aux articles 1 et 2 de la Charte.

La particularité essentielle de l’article 39 réside dans le fait que l’organe titulaire du pouvoir de qualification est également l’organe chargé de la mise en œuvre de la sanction (articles 41 et 42 de la Charte) mais cela ne veut pas dire qu’à travers la constatation, le Conseil de sécurité porte un jugement sur la responsabilité internationale de l’État ou la responsabilité pénale individuelle, envisagées de manière « subjective », mais un jugement sur la situation objective identifiée. Il s’agit d’une appréciation politique qui ne comporte pas nécessairement de conséquences juridiques puisque le Conseil est l’organe responsable du maintien de la paix et de la sécurité internationales et non l’organe en charge du respect du droit.

L’interaction entre les compétences du Conseil de sécurité et celles de la CPI

En ce qui concerne la CPI, l’article 15 ter, 4) dispose que « le constat d’un acte d’agression par un organe extérieur à la Cour est sans préjudice des constatations que fait la Cour elle-même en vertu du présent Statut ». A contrario, si le Conseil de sécurité qualifie une intervention armée de menace ou rupture contre la paix et non comme un acte agression, la CPI aurait-elle la légitimité et la possibilité d’identifier cette même situation comme étant un crime d’agression ? Cette qualification de la Cour aurait-elle une véritable autorité juridique et recevrait-elle une coopération de la part des États en allant à l’encontre de la constatation du Conseil alors même que ce dernier est investi d’une autorité politique renforcée et d’un pouvoir de coercition au titre du Chapitre VII ? Enfin, la disposition de l’article ne mentionne pas expressément le Conseil de sécurité, mais « un organe extérieur » à la Cour qui pourrait aussi être éventuellement la Cour internationale de Justice qui aurait compétence sur un tel différend interétatique en tant qu’organe judiciaire principal des Nations Unies, pourvu que les États aient accepté de se soumettre à sa juridiction. Il y aurait ainsi un risque de conflits de juridictions, chacune exerçant un pouvoir d’interprétation.

Pour le moment, l’article 15 bis détaille la procédure de déclenchement des poursuites en cas d’un crime d’agression allégué. Le point 6) dispose si le Procureur conclut qu’il existe une base raisonnable pour mener une enquête pour crime d’agression, il s’assure que le Conseil de sécurité a constaté qu’un acte d’agression a été commis par l’État en cause et avise le Secrétaire général des Nations Unies de cette situation. Cette disposition renvoie à une nécessaire et étroite collaboration entre le Bureau du Procureur et le Conseil de Sécurité. Interprétée de manière restrictive, elle semble même subordonner l’ouverture d’une enquête par le Procureur, de sa propre initiative, à une constatation initiale du Conseil qui irait dans le sens de l’existence d’un acte d’agression.

En effet, selon le point 7), si une telle constatation du Conseil a eu lieu, le Procureur peut enquêter sur le crime. Ainsi, le point 8) précise que lorsqu’une telle constatation n’a pas eu lieu dans les six mois suivant la date de l’avis, si la Section préliminaire autorise le Procureur à ouvrir une enquête pour crime d’agression, il peut procéder ainsi, mais à la condition « que le Conseil de sécurité n’en ait pas décidé autrement, conformément à l’article 16 ». Cet article habilite le Conseil à demander un sursis à enquêter ou à poursuivre tout crime pour lequel la Cour est compétente en vertu du Statut, et ce, pendant les douze mois suivant la date d’une telle décision adressée à la Cour dans une résolution adoptée en vertu du Chapitre VII. Par ailleurs, cette demande peut être renouvelée par le Conseil dans les mêmes conditions.

Dans le cadre du crime d’agression, crime politique et crime de l’État qui va à l’encontre de l’interdiction du recours à la force dans la conduite des relations internationales, une telle disposition comme l’article 16 du Statut de Rome semble instaurer un contrôle de la part du Conseil de sécurité à l’égard de la CPI. En effet, un sursis à enquêter ou à poursuivre peut être demandé à un organe juridictionnel, par un organe politique qui a la responsabilité principale du maintien de la paix et de la sécurité internationale. Ainsi, il semblerait que même si la compétence de la Cour est activée à l’égard du crime d’agression, son exercice restera délicat dans la mesure où les États, en particulier les États membres permanents du Conseil de sécurité, disposant d’un droit de veto, pourront bloquer l’adoption d’une résolution visant à la constatation d’un acte d’agression tout en pouvant démontrer l’existence d’un consensus dans l’adoption d’une résolution sur la base du Chapitre VII en vue de neutraliser l’initiative d’investigations ou de poursuites du Procureur de la CPI. La puissance et les intérêts des États pourront ainsi engendrer éventuellement tant des zones de non-droit qu’une application du droit à géométrie variable orientée envers les États les plus faibles, dont les points de vue seront neutralisés, face à une Cour immobilisée en raison des actions du Conseil de sécurité.

La publication de ce billet et la participation de Silviana à la 16e Assemblée des États Parties dans le cadre du Partenariat canadien pour la justice internationale ont été financées par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.

Partnership logoSSHRC-CRSH_FIP

Write On! Albert S. Pergam International Law Writing Competition Award

To foster legal scholarship among law students in the field of international law. The competition is intended to encourage students of law to write on areas of public or private international law. The Section believes that by providing a forum for students to disseminate their ideas and articles, the professional and academic communities are enriched. Furthermore, the competition presents an opportunity for students to submit law review quality articles to the Section for possible publication in one of its publications.

Presented by: International Section of the New York State Bar Association
Contact:  Tiffany Bardwell
Nomination Deadline: Entries should be emailed by 4:00 p.m., Friday, November 10, 2017 to the staff liaison.
Date Presented: January 2018 Annual Meeting
Award Criteria: Articles must be submitted (in English), and emailed to tbardwell@nysba.org, double-spaced on 8 1/2″ x 11″ paper with one-inch margins, be no longer than 35 pages in length (including footnotes/endnotes). Citations are to conform with “A Uniform System of Citation” (The Blue Book).

All articles submitted for the competition become the property of the Section. No article submitted may be published in any journal or periodical other than the “New York State Bar Journal,” the “New York International Law and Review,” or the “International Law Practicum,” until after announcement of the winner of this competition in January.

Law students (including J.D., LL.M., Ph.D. and S.J.D. candidates) are cordially invited to submit an entry. Entries will be judged on a variety of factors including significance and timeliness of the subject matter, thoroughness of research and analysis, and clarity of writing style.

Please provide your permanent address, current email address and daytime phone number.

Prize Awarded: $2,000 and publication of the article (subject to editorial approval) in aforementioned publications.

Past Recipients of this Award

2017 Brochure

Law of Peace(making) and Transforming Children’s Invisibility

Courtesy of the Blog of the Groningen Journal of International Law (August 22, 2017).

The law of international human rights came into being through an international peacemaking process, in particular the successive processes that gave birth to the Charter of the United Nations. The law as developed affirms children’s legal standing and agency as subjects of human rights. There is a concomitant international obligation to affirm the same in relation to the successive processes of peacemaking and give effect to those rights through the resultant agreements, as recalled by treaty and Charter bodies. Yet children are mostly invisible in such processes. Its extent is laid bare by a cursory review of collections of peace agreements. Of the close to eight hundred peace agreements in the United Nations database, for example, approximately ninety-five include a reference to children. The extremity of their invisibility raises a multiplicity of questions. Is it justified from the perspective of the law of peace(making)? May children’s human rights yield to the pursuance of peace?  And if not, why are children (mostly) invisible in peacemaking? These questions sparked and structured a probe of peace processes from a juristic, human rights and child rights perspective. Continue reading

Women, accustomed to the International Court of Justice

Standing beneath the portrait of Dame Rosalyn Higgins, the 1st woman judge and 1st woman president of the International Court of Justice, are, from left: University of Georgia School of Law students Lyddy O’Brien and Evans Horsley; IntLawGrrl Kathleen A. Doty, now serving as Interim Director of Georgia Law’s Dean Rusk International Law Center; student Jennifer Cotton; and IntLawGrrl and Georgia Law Associate Dean Diane Marie Amann.

HAGUE –  A briefing at the International Court of Justice was part of today’s Hague leg of the Global Governance Summer School that we at the University of Georgia School of Law Dean Rusk International Law Center are co-presenting with KU Leuven Centre for Global Governance Studies. Providing insights into the work of the court was Dr. Xavier-Baptiste Ruedin (right), Legal Adviser for Judge Joan E. Donoghue. As IntLawGrrls well know, she’s one of three women who are now permanent members of the court, and one of only four in the court’s 72 years.

Recalling the photo at left, on which I posted a few years back, couldn’t resist making the “Women of the Global Governance Summer School” photo above.

Thus does international custom begin to crystallize.

 

 

Work On! ICCT Advanced Summer Programme

Work On! is an occasional item about workshops, roundtables, and other fora that do not necessarily include publication:

Screen Shot 2017-06-19 at 8.43.00 PMThe International Centre for Counter Terrorism with the T.M.C. Asser Institute is hosting an Advanced Summer Programme on August 28-September 1, 2017, at The Hague. Theme is “Countering Terrorism: Legal Challenges and Dilemmas.” Deadline to register is July 23, 2017. Details here. Preliminary programme here.